Profil Création Littéraire du Cégep du Vieux Montréal
Voici le forum des étudiants du Profil Création Littéraire du Cégep du Vieux Montréal dans lequel nous parlerons Littérature, Poésie, Philosophie, Danse, Théâtre, Musique et autres sujets touchant les arts et la culture. Il y a aura résumés des Assemblée
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Essais traitant de la création littéraire
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Profil Création Littéraire du Cégep du Vieux Montréal Index du Forum  .::. Profil Création Littéraire du Cégep du Vieux Montréal  .::. Essais

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Vincent


Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2007
Messages: 34
Localisation: Ste-Thérèse

Message Posté le : Jeu 20 Déc 2007 - 18:02    Sujet du message : Essais traitant de la création littéraire Répondre en citant

J'ai suivi un cours avec Denise Brassard, à la session d'automne. (Elle est en lice pour le prix du Gouverneur Général dans la section essais). Je crois que de vous transmettre sa bibliographie commentée n'est pas un acte contraire à l'éthique. Inutile de vous dire que nous n'avions pas à lire tout cela. Et, ne vous inquiétez pas, il s'agissait d'un cours de 2e année. Elle nous encourageait à lire en glissant  sur les difficultés rencontrées lors de nos lectures et à s'arrêter... pour relire après s'être familiariser au style de l'auteur. Alors, voilà. Cela pourrait vous être utile pour votre cours d'intégration des acquis théoriques lors de votre dernière session. Et ne vous inquiétez pas si vous compter aller à l'Uqam, relire deux fois ces essais ne sera pas de trop.

ADORNO, Theodor W., Théroie esthétique, Paris, Klincksieck, "Collection d'esthétique", 1989, 469 p.
Ouvrage général sur l'esthéique de la modernité approchée à travers les oeuvres d'artistes et d'écrivains importants (Proust, Joyce, Klee, Picasso, Schönberg, Beckett). Adorno est un critique qui privilégie une approche marxiste de l'art, qu'il considère dans son rapport à la société comme un processus, comme une forme de résistance au monde administré

ANZIEU, Dider. Le corps de l'oeuvre. Essais psychanalytique sur le travail créateur, Paris, Gallimard, 1981, 377 p.
La psychanalyse, approche privilégiée dans cet essai, envisage la création comme un processus, dont Anzieu parvient à dégager les phases. Il en dégage cinq, observées d'abord du point de vue du créateur lui-même, ensuite du point de vue des oeuvres, en observant les réactions qu'elles suscitent (Henri James, Borges, Francis Bacon, Robbe-Grillet).

BAKHTINE, Mikhaïl. Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 1984, 400p.
Réunit des extraits d'un livre interrompu en 1922 : "L'auteur et le héros", une description phénoménologique de l'acte de création. Le texte suivant, "Le roman d'apprentissage dans l'histoire du réalisme", date du moment où l'auteur travaillait à un livre sur Goethe qui a disparu. Un troisième essai est consacré aux genres du discours. D'autres essais plus couts qui concernent divers sujets qui ont intéressés le critique terminent l'ouvrage.

BAKHTINE, Mikhaïl. Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1978, 488p.
Réflexion théorique magistrale sur le roman, menée dans une perspective sociologique, où le roman est considéré dans son évolution. On y aborde la question du contenu, du matériau, de la forme, le rapport au réel et à la langue, l'organisation spatiotemporelle.

BARHES, Roland, Le plaisir du texte, Paris, Seuil, coll. "Points", 1973, 108p
Essai sous forme de fragments dans lequel Barthe affirme le plaisir du texte (à commencer par la jouissance de la lecture) comme lieu de résistance à l'analyse idéologique, mais aussi à l'aplatissement de la littérature à son simple statut de divertissement.
[Je vous recommanderais aussi, du même auteur [i]Le degré zéro de l'écriture[/i] et L'empire des signes. Le premier est très intéressant surtout en ce qui concerne l'écriture dite politique, le second traite du Japon comme un pays fictif où développer une pensée poétique magestueuse.] 

BLANCHOT, Maurice, L'espace littéraire, Paris, Gallimard, 1955, coll. "Folio", 376 p.
À travers les oeuvres de Mallarmé, Kafka, Rilke, Höderlin, Blanchot propose un essai d'élucidation de la création littéraire et artistique, de même qu'une recherche de ce qui est en jeu pour l'homme aujourd'hui par le fait que quelque chose comme l'art existe. On y médite la descente vers la profondeur, l'approche de l'obscurité, l'expérience de la solitude et de la mort.
[Il propose une métaphore taoïste pour expliquer l'acte de création, à ne pas prendre trop au sérieux. Il traite toutefois de choses fondamentales à propos des écrivains ci-haut nommés]

BROCH, Herman, Création littéraire et connaissance, Paris, Gallimard, coll. "Tel", 1985, 378 p.
Dans ce recueil d'essais divers (rassemblés après sa mort), Broch présente la vision du monde que propose la littérature pour peu que l'écrivain soit capable de s'engager dans la direction du mythe, d'aller vers la profondeur des antinomies de l'humain afin de le conduire à une sorte de purification, à l'identification avec lui-même.
[Sa croyance en Dieu et sa métaphysique rende parfois le texte lourd. À lire comme une métaphore.]

BONNEFOY, Yves, Entretiens dur la poésie :1972-1990, Paris, Mercure de France, 1990, 381 p.
Ce recueil d'entretiens et d'essais divers (faisant suite à des commandes, colloques, enquêtes, etc.) livre l'essentiel de la pensée de ce grand poète sur la pratique de l'art et de la poésie en particulier, qui, pour Bonnefoy, entretient un lien privilégié avec les autres formes d'art (la peinture, la musique) et s'affirme comme mode de connaissance, façon d'être au monde, lieu d'actualisation de la présence.

DEBORD, Guy. La société du spectacle, Paris, Gallimard, 1992, 167 p.
Essai sous forme de fragments qui présente l'essentiel de la pensée de Guy Debord, une réflexion critique sur la société du spectacle, celle-là même dans laquelle nous vivons, où les médias et les véhicules voués au divertissement, à la propagande marchande et à toute autre forme de publicité se sont constitués en machine autosuffisante et autoréférentielle à laquelle il est difficile d'échapper.

DILLARD, Annie, En vivant, en écrivant, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1997, 142 p.
Réflexion personnelle de la romancière sur le travail, au jour le jour, de l'écrivain de fiction, en partant des contraintes liées au contexte d'écriture lui-même (le bureau, l'atelier) jusqu'aux exigences parfois déchirantes de la forme en passant par des considérations sur les motivations et modèles de l'auteur qui s'engage sciemment dans une démarche créatrice.

DURAS, Marguerite. Écrire, Paris, Gallimard, 1993, 149 p.
Réflexion sur la solitude et le silence, deux exigences posées par l'écriture. Elles sont nécessaires à l'écoute des voix qui nous habitent et commandent une forme de recueillement. Duras considère la solitude comme quelque chose que l'on se donne, que l'on construit. Ainsi la solitude et l'écriture se rencontre et finissent presque par se confondre.

ERENZWEIG, Anton, L'ordre caché de l'art. Essai sur la psychologie de l'imagination artistique., Paris, Gallimard, 1974, 366 p.
Erenzweig aborde les problèmes de l'art comme des problèmes de forme, de perception et de création de formes. Selon lui, il faut dissocier un ordre de surface et un ordre caché, s'avancer par-delà la représentation. Tout ce qui ne correspond pas aux principes qui commandent l'ordre de surface (celui de la "bonne forme") est "refoulé" et enregistré en une perception profonde, non articulée : c'est cet ordre caché, où l'on voit a tort un chaos, que l'art tente de rejoindre, puis d'élaborer et de figurer.

hUSTON, Nancy. Journal de la création. Paris, Seuil, 1990, 276 p.
Mettant à profit une clairvoyance liée aux métamorphoses de son corps de femme enceinte, Nancy Huston se penche sur les histoires souvent douloureuses de Sand et Musset, Virginia et Léonard Woolf, Scott et Zelda Fitzgerald, Sartre et Beaucoir, etc. Le récit de ses recherches sur les couples d'écrivains et le journal de sa propre grossesse se croisent, se répondent et se complètent pour évoquer les mystères de l'amour, de l'inspiration, du couple et de la création.

IRIGARAY, Luce. Parler n'est jamais neutre, Paris, Minuit, 1985, 325 p.
Je, incarné et limité dans sa genèse, sa morphologie, son histoire, sa société, parle à partir de cette situation, cet ancrage dans la relativité et le devenir d'une vérité, d'un désir, d'une liberté. Le sens, comme la langue, naît à partir de différences. Les annuler revient à anéantir la signification. Ce livre traite des langages dit anormaux, des différences entre l'oral et l'écrit, des configurations sexuées, sociales, scientifiques du discours, dans une perspective psychanalytique.

JACOB, Suzanne. La bulle d'encre, Montréal, P.U.M./Boréal, 1997, 128 p.
À partir d'une question - de quoi est fait le discernement créateur? - Suzanne Jabob pose un regard éclairé sur l'univers perçu comme l'héritage d'un récit auquel chaque naissance apporte une nouvelle page à déchiffrer. Réflexion sur le monde contemporain et les mythologies qui le gouvernent, cet essai plonge dans les fondements de l'acte de lire et d'écrire.

KUNDERA, Milan. L'art du roman, Paris, Gallimard, coll. "Folio", 1986, 198 p.
Dans ce recueil d'essai, Kundera réfléchit tant sur l'apport des artistes dont il se considère l'héritier que sur les exigences propres à la pratique du genre romanesque. "Le monde des théories n'est pas le mien, précise-t-il. Ces réflexions sont celles d'un praticien. L'oeuvre de chaque romancier contient une vision implicite de l'histoire du roman, une idée de ce qu'est le roman. C'est cette idée du roman, inhérente à mes romans, que j'ai fait parler."

MESCHONNIc, Henri. Célébration de la poésie, Paris, Verdier, 2001, 263 p.
Ce livre vise à montrer que la poésie, contrairement à l'idée reçue qu'elle n'intéresse que les poètes ou très peu de lecteurs, concerne chacun, parce qu'elle met en jeu tout ce qu'on fait et tout ce qu'on sait du langage, donc tout ce que la société fai de chacun de nous, et que chacun fait des autres. S'attaquant aux clichés et réfléchissant à ce qu'est un problème poétique, Meschonnic montre que ce n'est pas qu'une simple affaire d'esthétique, mais une affaire d'éthique est de politique.
[Ce monsieur est très tendance en ce moment dans les congrès et chez les professeurs. En plus, il semble développer une pensée plus accessible que d'autres.]

MILLET, Richard. Le sentiment de la langue. Mélange, Seyssel, Champ Vallon, 1986, 124 p.
Dans ce recueil d'essais intimistes, Richar Millet se penche sur les rapports parfois trouble que l'écrivain entretient avec la langue, lequel s'ancre dans une appartenance à un territoire et à une culture données. Cela l'amène ;a aborder divers aspects et problèmes de la cération, comme la mémoire, l'évocation, l'inspiration, et ce qui ferait la spécificité nationnale d'une oeuvre.

MORIN, Michel. Le murmure signifiant, Montréal, Les Herbes Rouges, 2006, 357 p.
"On ne s'entend plus parler!" Telle serait la sourde plainte de l'homme moderne attelé à ses prétendus "moyens de communication" : téléphone, télévision, ordinateur. Mais cette plainte, selon Michel Morin, serait sa chance, son espoir : en elle peut s'entendre encore, si l'on sait s'y rendre attentif, le murmure du sens, à proximité du silence et du souffle vital. Ce recueil de fragments sur la création et l'appréhension du sens propose un parcours méditatif autant que philosophique.

NOVARINA, Valère. Devant la parole, Paris, P.O.L, 1999, 181 p.
"Qu'est-ce que les mots nous disent à l'intérieur où ils résonnent? Qu'ils ne sont ni des instruments qui se troquent, ni des outils qu'on prend et qui se jettent, mais qu'ils ont leur mot à dire. Ils en savent sur le langage beaucoup plus que nous [...] ; ils ont résonné bien avant nous; ils s'appelaient les uns les autres bien avant que nous ne soyons là." Dans cet essai, Novarina place le créateur face à son humanité la plus radicale, celle qui l'expose à tous les vents, le somme de faire acte d'humanité et de comparaître devant la parole, retournant ainsi aux sources du théâtre et de la poésie.
[Valère a inspiré le si beau Hervé, je crois.]

OUELLETTE, Fernand, Les actes retrouvés. Regard d'un poète, Montréal, Bibliothèque québécoise, 1996, 202 p.
Cette édition réunit  des essais sur l'art et l'écriture tirés des Actes retrouvés et d'Écrire en notre temps. Outre des textes portant sur des artistes, écrivains et penseurs qu'il admire et qui lui permettent de préciser et d'affirmer sa propre démarche créatrice (bonne occasion de réfléchir sur l'importance de nos maîtres et nos modèles), Fernand Ouellette y propose des réflexions sur la langue, le temps, la spiritualité, la poésie et l'essai.

WARREN, Louise. Bleu de Delft. Archives de solitude, Montréal, Trait d'union, 2001 coll. "Spirale", 110 p.
Louise Warren propose une suite de réflexions sur les matériaux dont l'écrivain dispose, le travail de la mémoire, les sources d'inspiration, la connivence artistique, les étapes sur le chemin de la création. L'essai apparaît comme un "processus de transdormation, une sorte de voyage initiatique, comme s'il y avait un lieu dans l'écriture où on peut errer, les mains dans les poches, ou creuser, raturer, chercher, recommencer; avoir droit d'une certaine manière à plus que son dictionnaire à son atelier et à soi-même comme forme, épreuve, matière."

Voilà.
_________________
L'humanité n'est pas un état à subir, c'est une dignité à conquérir. - Vercors


Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Jeu 20 Déc 2007 - 18:02    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Vincent


Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2007
Messages: 34
Localisation: Ste-Thérèse

Message Posté le : Jeu 20 Déc 2007 - 18:16    Sujet du message : Essais traitant de la création littéraire Répondre en citant

Ah et tant qu'à y être, je vais vous en suggérer quelques uns aussi :

L'oeuvre ouverte d'Umberto Eco
Il propose de regarder attentivement la manière dont se construit la polysémie de l'oeuvre d'art et s'interroge sur son rôle. Il la place en dialogue avec la science et la linguistique. Il croit que l'oeuvre ouverte est une pédagogique révolutionnaire qui permettrait à l'homme moderne de reconquérir son autonomie au double niveau de la perception et de l'intelligence. D'ailleurs, il se penche sur la manière dont on perçoit : bref, un essai beaucoup plus sécuritaire que le LSD pour élargir ses perspectives, doublement efficace. Ah, j'oubliais, il traite aussi du langage télévisuel, hautement intéressant. (Je n'ai pas lu la section de l'ouvrage consacrée à Joyce...) Mon coup de coeur de la session.

L'analyse structurale des récits de Roland Barthes. Vous vous demandez qu'elle idéologie se cache derrière le schéma actantiel ? Eh bien ce court texte théorique est pour vous. Il explique de manière beaucoup plus approfondie la manière dont on nous a enseigné l'analyse de texte au secondaire et, de ce fait, rend tout cela bien plus intéressant. D'une très grande aide pour tout prosateur en révolte contre une histoire linéaire.

Le murmure marchand et L'écran du bonheur de Jacques Godbout. Ce sont des essais faciles à lire qui dénonce la société de consommation actuelle. Ils articulent diverses points de vue dans une période de temps allant de 1978 à 1989. Agréables.
_________________
L'humanité n'est pas un état à subir, c'est une dignité à conquérir. - Vercors


Revenir en haut
              

Chloé S.-Bernard


Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2007
Messages: 14
Localisation: montréal

Message Posté le : Sam 22 Déc 2007 - 09:54    Sujet du message : Essais traitant de la création littéraire Répondre en citant

Journal de création de Nancy Huston a vraiment l'air bien...Je compte commencer durant les vacances La littérature et le mal de Georges Bataille, puis j'ai demandé au père Noël de m'offrir dans mon petit soulier La tentation nihiliste de Roland Jaccard, j'espère l'avoir !

Je reviendrai en parler.
_________________
Tout est affaire de décor


Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : Aujourd’hui à 04:23    Sujet du message : Essais traitant de la création littéraire

Revenir en haut
              

   Profil Création Littéraire du Cégep du Vieux Montréal Index du Forum .::. Essais
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.